Ennéagramme et spiritualité digest

Journée du 6 mai 2017 à Bruxelles

Dans le cadre magnifique de la Maison du Chant d’Oiseau, notre animateur du jour, Benoît de Bellefroid, nous réunit dans un coin du parc et propose, pour faire connaissance, plusieurs regroupements : Un premier par région, un deuxième par type de personnalité. Le troisième est original et conforme à l’objectif de notre journée : « De quel point de vue – entendez : de quel autre type que le mien – j’aimerais aujourd’hui me placer ? » Nous sommes bien dans la dimension spirituelle de l’ennéagramme : Quitter nos automatismes, voir le monde sous d’autres facettes que celles qui nous sont coutumières.

Le chemin spirituel
De retour en salle, Benoît nous invite à exprimer notre recherche spirituelle de façon concise et en parlant avec notre cœur et notre spontanéité. Les mots très souvent cités pour exprimer cette recherche, notre chemin, sont la bienveillance, la joie, l’harmonie, la sérénité, l’acceptation de soi, la beauté. Pour ma part, j’ai aimé entendre :
« Avoir une posture d’authenticité à l’instant présent »
« Elargir sa vision du monde »
« Être une petite fenêtre du divin et la partager avec d’autres »
« Mettre le conscient aux commandes »
« Se sentir unifié : Cœur, Corps, Esprit »
« Me reconnecter à cette part de moi qui n’est pas le jugement »
« Être élargi, quitter mes automatismes, choisir d’autres options, car nous avons tout un potentiel en nous »
Sur ce chemin, il y a des obstacles (la pression sociale, le mental, l’ego, le quotidien et ses exigences, les croyances, etc.) mais qui nous aident à grandir (« On peut, disait Goethe, construire de belles choses avec les pierres qui obstruent le chemin… ») Obstacles que l’on peut dépasser grâce à des temps de silence, à l’exploration, au yoga, au partage en groupe, à la marche en forêt, à la prière, au sport, à une thérapie et à bien d’autres moyens.
« Nos excès nous invitent à l’équilibre »
Après ce temps de partage en groupe plénier, la formation de petits groupes de personnes désireuses d’échanger autour de tel ou tel thème est le deuxième temps fort de la matinée. L’atelier « Harmonie et Equilibre » m’attire et j’y rencontre des personnes ayant un Type différent du mien. Pour certains, nos excès nous empêchent de vivre l’équilibre. Pour d’autres, c’est « l’émotionnel » qui est source de déséquilibre. Pour d’autres encore, les excès nous invitent à l’équilibre. Comme dans la marche, l’harmonie s’obtient au prix d’un déséquilibre. Oser se mettre en déséquilibre ! Par exemple, passer par la colère (Type1) ou oser prendre des risques (Type6) pour faire advenir quelque chose. Nos micro-déséquilibres sont une manière de grandir.

« Les tout-petits m’apprennent la spiritualité. Faire et être. Je cherche à être comme eux ! »
C’est l’une des perles trouvées durant la matinée et que chacun offre au groupe au début de l’après-midi. En voici trois autres :
« Chaque Centre d’énergie a sa manière de sortir de l’équilibre. »
« Aide-moi à changer ce que je peux changer, à accepter ce que je ne peux pas changer et à savoir faire la différence entre les deux. »
« On a toutes les ressources en nous pour ressentir une paix intérieure. »
« Moi, à ta place, je ferais… »
Nous formons ensuite des groupes de personnes ayant le même Type de personnalité et Benoît propose de faire l’exercice : « Moi, à ta place, je ferais… » Une personne du groupe énonce un obstacle rencontré sur son chemin, tandis que les autres écoutent puis suggèrent des pistes possibles pour dépasser l’obstacle. Prenons le doute comme exemple d’obstacle pour une personne ayant un Type 6 dominant. « Moi, à ta place,
Je complèterais la phrase « Que va-t-il se passer ? » habituelle chez un Six par « Que va-t-il se passer de positif ? »
J’accueillerais la jacasserie mentale et me dirais que ma peur est là pour me servir : « De quoi ai-je vraiment envie ou pas ? »
Je sentirais ce qui est juste pour moi à partir de mes critères. »

Quand l’homo sapiens devient-il homo spiritualis ?
À cette question qui ouvre le temps du panel – dont voici un court extrait – une personne du Type 9 dira : « Partager une foi inébranlable dans un avenir qui est beau, car l’être humain peut le rendre beau. » Pour un représentant du Type 4, « L’homo spiritualis veut le développement de tous, la simplicité, la bienveillance, l’amour. » Il est, pour les personnes du Type 1, « bienveillant, non jugeant, dans le présent, accueillant, s’acceptant et acceptant les autres. » Les représentants du Type 6 le voient « plus pacifié pour que le monde soit plus pacifié » et veulent qu’il contribue à l’éveil des consciences.

Un point d’orgue en forme d’étoile…
Il est à présent temps de se quitter. Benoît nous propose de nous retrouver, comme ce matin, dans le parc. Nous formons un cercle en nous serrant épaule contre épaule et disons un mot, un seul, exprimant notre sentiment du moment. Ensuite, nous nous couchons dans l’herbe et dessinons avec nos corps une étoile. C’est le point d’orgue de cette belle journée. Merci Benoît d’avoir permis à chacun de faire un pas de plus sur son chemin spirituel.

Pierre Angotti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.